Foncier abordable, poids prépondérant des grands distributeurs, durée réduite des contrats de prestation, abondance de main d’oeuvre et vision purement opérationnelle de la supply-chain : autant de freins qui ont impacté la mise en place de systèmes automatisés en France dans les deux dernières décennies (page 6). Aujourd’hui, l’automatisation logistique gagne du terrain et investit l’ensemble des secteurs.

Ancré dans la course à la productivité, le choix d’automatiser résulte de la convergence de multiples facteurs : maturité du business, culture d’entreprise, nature et hétérogénéité des produits, unité et saisonnalité de l’activité (page 9). À chaque fonctionnalité de l’entrepôt correspond des solutions, qui peuvent ou non se combiner pour constituer un coeur mécanisé (page 10).